Fin des inscriptions en médecine à l’ULB: l’effet Marcourt !

Etant donné l’afflux d’étudiants en médecine à l’Université Libre de Bruxelles, celle-ci s’est vu contrainte de stopper les inscriptions avant la date fixée initialement. La Fédération des Etudiants Libéraux (FEL) est d’avis que cette situation est anormale mais qu’elle est la résultante logique de l’absence de décision définitive sur le numerus clausus.

Cette absence de décision implique, en effet, que certaines universités souhaitent limiter le nombre d’inscrits en médecine car elles ne savent quel avenir il leur sera réservé. Actuellement, avec le numerus clausus gelé et sans autre filtre, des dizaines d’étudiants vont, au terme de leurs études en médecine, se retrouver sur le carreau faute de pouvoir obtenir un numéro INAMI du fait du contingentement fédéral.

Cette situation chaotique ne pouvant plus durer, la FEL rappelle que c’est un examen d’entrée qu’il convient de mettre en place, examen conjugué à la suppression du système de contingentement fédéral de l’offre médicale. Tous les diplômés de médecine doivent pouvoir accéder à la profession !

Cet examen permettra une régulation souple et évolutive du niveau de diplômés afin de correspondre aux attentes et besoins du secteur. Les Etudiants Libéraux estiment en effet qu’il est bien plus pertinent de poser les bases d’une sélection objective dès le début des études et basée sur le mérite de chaque étudiant plutôt que sur le principe du « premier arrivé, premier servi ». Naturellement cette sélection devrait être assortie de cours gratuits pendant les vacances d’été empêchant, grâce à une préparation efficace, de pénaliser les étudiants d’origine plus modeste.

La Fédération des Etudiants Libéraux enjoint donc une énième fois le Ministre de l’Enseignement supérieur, Jean-Claude Marcourt,  à travailler urgemment à la mise en place d’une solution véritable et définitive, maintenant que les effets de son inaction ont des conséquences concrètes sur l’avenir des étudiants.

Contact presse :

Denis Lahaye (Secrétaire général)

0496 45 28 92 – denis.lahaye@etudiantsliberaux.be

Partagez cet article:

One Comment

  1. Et pendant ce temps-là, le médecin généraliste croule sous les malades dans les campagnes… Les diplômés qui se font embaucher par l’industrie pharmaceutique n’auront jamais de n° INAMI. Les malades se demandent comment obtenir un RDV chez un médecin dans leurs pratiques hospitalières remboursées par les mutuelles. C’est le même médecin qui pratique d’autres tarifs chez lui et sans files ni retards. Une médecine lente et mauvaise pour les moins nantis et une excellente médecine pour les mieux nantis. Ce n’est plus une médecine à deux vitesses mais deux médecines distinctes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *