Coût des études : un bon bulletin libéral.

Ce jeudi, la Fédération des Etudiant(e)s Francophones (FEF) présentait à la presse ses 10 mesures prioritaires, chiffrées et phasées, pour les élections régionales du 7 juin prochain, ce afin de poursuivre les objectifs qu’elle s’est assignés depuis plus d’un an à travers la campagne ResPACT pour la réduction du coût des études. A cette conférence de presse étaient invités les représentants des différents partis politiques, dont le MR. 

Arnaud Van Praet, Président des Etudiants Libéraux, s’est dit particulièrement satisfait des propositions présentées par le MR ; « les libéraux viennent avec des propositions concrètes et réalistes, répondant globalement aux attentes du monde étudiant : une revalorisation des allocations d’études et des budgets sociaux alloués à l’enseignement supérieur mais également des mesures venant en soutien aux étudiants et familles devant supporter le coût d’un kot. »   

Kots étudiants.

Ainsi, le MR, représenté par le Député-Bourgmestre d’Etterbeek Vincent DE WOLF, a pointé du doigt comme priorité des priorités la construction de nouveaux logements publics étudiants en Wallonie et à Bruxelles. En effet, cette mesure permettrait véritablement de soulager le porte-monnaie de l’étudiant kotteur qui, faute d’offre suffisante, doit souvent débourser un montant de loyer ne correspondant pas à la qualité du logement. Si les montants prévus par la FEF sont conséquents, le MR entend financer ce projet via la conjonction d’un Fonds régional d’infrastructures pour l’Enseignement supérieur et la conclusion de Partenariats Public-Privé. Les libéraux plaident également pour la mise en place d’un système d’allocations-loyer pour étudiants. Vincent DE WOLF s’est également engagé – comme il l’a déjà fait dans sa commune d’Etterbeek – à supprimer la taxe sur les résidences secondaires qui frappe les étudiants, taxe qui entraîne une double imposition dans leur chef et qui grève injustement leur budget.

Le MR a aussi sa petite idée concernant la réforme de la loi sur les baux puisqu’à la Chambre des Représentants, son groupe est le seul à avoir déposé, en décembre 2008, une proposition de loi qui entend rendre applicables à la location de kots d’étudiants les modalités et garanties découlant d’un bail à résidence principale. Ce système permettrait une meilleure protection pour les étudiants kotteurs, et notamment celle de ne pas voir augmenter le loyer d’une année à l’autre. 

Allocations d’études. 

Si le Mouvement Réformateur n’a pas répondu favorablement aux propositions de la FEF au sujet du gel du minerval et de la suppression du minerval boursier, c’est parce qu’il pense – à raison selon les Etudiants Libéraux – que la démocratisation de l’accès aux études supérieures passe surtout par une augmentation du montant des allocations d’études et un relèvement des plafonds de revenus qui permettent d’y avoir accès. Il faudrait également tenir compte de la situation réelle que vivent les étudiants, et qui peut se modifier au cours de l’année.

Budgets sociaux alloués à l’enseignement supérieur. 

Les Libéraux souhaitent une harmonisation des budgets sociaux entre l’enseignement universitaire et l’enseignement supérieur non-universitaire, soit une augmentation, pour ce dernier, de 100€ par an et par étudiant. Ils s’engagent également à une augmentation de ces budgets dès que le budget de la Communauté le permettra.

Frais afférents aux études supérieures.

Le MR s’engage à initier un réel débat parlementaire et à rencontrer les différents acteurs quant aux frais afférents aux études supérieures, qu’ils soient à débourser sous la forme de frais complémentaires à l’inscription ou l’année durant, notamment pour les supports de cours. Vincent DE WOLF a ainsi rappelé que le MR souhaitait premièrement conscientiser les acteurs de l’enseignement à la réduction de ces coûts et à l’échange de bonnes pratiques.

Job étudiant. 

Enfin, le MR a tenu à rappeler sa volonté de réformer la législation sur le travail étudiant. Il souhaite un régime unique de 400 heures sur l’année, soit plus de temps de travail et une plus grande liberté pour les étudiants dans l’organisation de leur temps de travail. Il a d’ailleurs déposé une proposition en ce sens à la Chambre des représentants.

Partagez cet article:

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *