1411 profs de plus annoncés. Qui bono ?

By 05/02/2009Communiqués, News

Pas moins qu’un « WOW » aura été la réaction première des Etudiants Libéraux suite à l’annonce par le Ministre de l’Enseignement obligatoire, Christian Dupont, d’allouer un conséquent budget de 62 millions d’euros devant permettre l’engagement de quelques 1411 profs d’ici à 2011.

Année après année, congrès après congrès, les Etudiants Libéraux appellent, il est vrai, à l’adoption de mesures gouvernementales sérieuses visant à résorber la surpopulation scolaire dans un trop grand nombre de classes ou options, à encadrer plus efficacement les élèves en décrochage ou ceux éprouvant des difficultés plus grandes que d’autres (dont les élèves dysphasiques, dyscalculiques, …) , à rehausser véritablement le niveau des écoles et de l’enseignement secondaire en général tristement bas selon les études PISA, …

Tout dernièrement, c’est plaidant notamment pour un accroissement sérieux de l’encadrement pédagogique et socio-éducatif des élèves que les Etudiants Libéraux voyaient se résoudre, à moyen terme, la problématique des écoles « sans file d’attente » que les décrets inscription & co de la majorité en place avaient si bien dévalorisées encore en les faisant pointer du doigt.

Ainsi, pourrions-nous être aujourd’hui plus heureux ? Non, visiblement, sauf à ne pas se limiter à avaler si promptement l’effet d’annonce du Ministre Dupont et du gouvernement tout aussi intéressé à faire gober un si beau prélude électoral.

On se ralliera d’abord à l’opposition libérale qui pointe du doigt la question du financement réel de cette mesure et quant à l’absence de toute garantie sur le caractère permanent de celui-ci. Reste qu’étant une priorité absolue aux yeux des Etudiants Libéraux, on entend la rémunération de ces nouveaux profs comme devant être possible sous quelque majorité future.

Mais les Etudiants Libéraux soulèvent d’autres empêchements majeurs qui auront, semble-t-il, bien vite raison des belles promesses gouvernementales et des réjouissances trop rapides.

Ainsi, face à une pénurie professorale déjà manifeste et constante, quelles mesures d’encouragement la majorité compte-elle mettre en place afin de combler les carences actuelles que se soit au vu des matières ou des filières d’enseignement ? Les 1411 postes annoncés sont-il, quant à eux, divisés en objectifs afin de ne pas maintenir, par exemple, un manque de profs de langues germaniques ou formés pour l’enseignement technique ? Y sera-t-il, enfin, admis une nouvelle flopée d’ « article 20 » ?

Parmi l’une des clés de cette même carence, la question de la revalorisation du statut du prof laisse perplexe. Les mesures n’ont pas été légion, tant s’en faut, afin de tendre vers le mieux nécessaire à garroter ce qui apparaît comme une hémorragie de mises en disponibilité précédant la retraite (30.000 profs). Cela s’ajoutant au 18.000 profs qui partiront à la retraite d’ici à 2011.

Tant est primordiale la question de la formation des professeurs, les Etudiants Libéraux s’inquiètent également des moyens dégagés en la matière. Les lieux de formation seront-ils soutenus à suffisance pour éviter un mauvais encadrement de ceux-là même qui devront être les pédagogues des élèves de Communauté française ? Les objectifs avancés sont-ils, par ailleurs, en phase avec le passage éventuel de formations de 3 à 5 ans ?

Ainsi, si d’aucuns semblent bien vite tentés de placarder le portait du Ministre Dupont quasi sanctifié sur l’une ou l’autre icône, les Etudiants Libéraux craignent, quant à eux, la persistance d’un encadrement scolaire insuffisant, posant toujours et encore les problèmes tant de l’engouement des jeunes à embrasser la carrière de prof que de la formation de ceux-ci.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X