Après Copenhague, place à une Europe première puissance économique durable !

By 21/12/2009Communiqués

Après que la petite Sirène ait vu défiler des milliers d’experts et de diplomates, des centaines de ministres et finalement des dizaines de chefs d’Etat, l’heure du constat est venue pour le sommet de Copenhague.

Si elle est soulagée qu’un texte soit adopté, la Fédération des Etudiants Libéraux souligne que le contenu de celui-ci est imprécis, pauvre, presque vide… Les attentes étaient immenses et un consensus important rassemblait la communauté scientifique autour de ce constat : il fallait un changement de cap radical.

Ainsi, l’accord de Copenhague ne contient que l’engagement de limiter le réchauffement planétaire à deux degrés mais aucune mesure contraignante ne vient réellement appuyer cette décision. Quant à l’objectif de 50% de réduction des émissions d’ici à 2050, il est tout simplement passé à la trappe alors qu’une limitation du réchauffement planétaire va de pair avec cette réduction ! Encore une fois, les Nations Unies n’ont pas réussi à engranger des résultats satisfaisants !

Les Etudiants Libéraux regrettent la grande discrétion de l’Union Européenne. Son manque de visibilité n’est sans doute pas pour rien dans le manque d’ambition de cet accord. Pour peser davantage sur la scène internationale, l’Europe doit pouvoir parler d’une seule voix.

Nous demandons à l’UE de prendre les devants dans la lutte contre le réchauffement climatique, en s’engageant à réduire les émissions des Etats membres de moitié. Si l’immobilisme persiste, les bouleversements seront irréversibles. Dans ce cadre, la Belgique doit dès maintenant, dans le cadre de la préparation à sa présidence de l’Union Européenne, mettre cette thématique en avant afin de préparer l’adoption de politiques concrètes, contraignantes et harmonisées par le Conseil. L’union européenne doit devenir la première puissance économique durable !

Les Etudiants Libéraux plaident avec vigueur pour un développement responsable et durable. Loin de constituer un frein à notre croissance, le défi du changement climatique constitue en réalité une réelle opportunité en matière de nouvelles technologies, d’emploi et ouvre des perspectives de développement nouvelles. Nous ne pensons pas que la prise en compte de l’environnement aille de pair avec un retour en arrière. Nous avons la capacité de concilier développement et écologie.

La prise en compte de l’écologie est primordiale, car elle touche au droit à la vie, non seulement des populations actuelles, mais également des générations futures. La dégradation de notre climat aura des conséquences désastreuses à moyen terme : hausse de la température amenant une avancée de la désertification, hausse du niveau de la mer entrainant la disparition de certaines contrées,…

Nous appelons tous les libéraux de Belgique et d’Europe à mener ce nouveau combat. Après avoir bataillé pour l’émancipation des hommes et pour la liberté, nous devons appliquer les principes de responsabilité, de solidarité et de progrès pour assurer un développement durable. Le principe de responsabilité guidera notre croissance, la solidarité envers les générations futures nous demandera d’agir avec respect de l’environnement et le progrès sera le moteur qui nous permettra de concilier développement durable et épanouissement de l’homme. Les valeurs libérales sont donc essentielles pour réussir ce défi.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X