Belarus non grata au Conseil des Droits de l’Homme

By 10/05/2007Communiqués, News

La Fédération des Etudiants Libéraux (FEL) exhorte le Ministre des Affaires Etrangères Karel De Gucht et l’Ambassadeur belge aux Nations Unies à fermement s’opposer à l’adhésion de la Biélorussie au Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU.



Le 17 mai prochain, à l’Assemblée Générale des Nations Unies, la Belgique participera à l’élection des membres du Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU. La Biélorussie, qui a constamment refusé de coopérer avec les Nations Unies en matière de Droits de l’Homme, est candidate à l’accession à ce Conseil pour le Groupe d’Europe de l’Est. Pour la FEL, il serait indécent que cet Etat, dans lequel répressions, délations, arrestations d’opposants politiques et corruption sont le lot quotidien d’une population endoctrinée par un système totalitaire, soit représenté au sein d’une instance défendant les standards les plus élevés dans la promotion et la protection des Droits de l’Homme.En effet, les dérives systématiques en Biélorussie ont été condamnées dans ses trois derniers rapports annuels par le Rapporteur Spécial des Nations Unies sur les Droits de l’Homme qui a constaté l’échec de la Biélorussie de collaborer avec les instances du Conseil auquel il est candidat. Le représentant spécial de l’Union Européenne sur les Droits de l’Homme, Michael Mattiessen n’a, quant à lui, carrément pas été autorisé à pénétrer sur le territoire de l’Etat slave.

Et pour cause, le pouvoir en place a bien du mal à passer sous silence les disparitions successives des anciens Premier Ministre, Ministre de l’Intérieur, du Président de la commission électorale et d’un journaliste indépendant. Il a du mal à cacher les persécutions qui ont eu lieu à l’égard des partis d’opposition avant et après les élections du 19 mars 2006 et qui ne sont pas sans rappeler les bonnes vieilles méthodes du KGB et les systèmes de vote dits « staliniens ». La légitimité de ce scrutin a d’ailleurs été mise en cause par l’OSCE qui a considéré ces élections comme non démocratiques en citant le manque de transparence dans le décompte des voix, la couverture médiatique biaisée ou le harcèlement des candidats d’opposition.Après que le Conseil de l’Europe ait refusé l’admission de la Biélorussie en son sein en raison de politiques trop répressives et après la Résolution 61/175 des Nations Unies dans laquelle une majorité des Etats du monde exprimait ses regrets par rapport à l’échec de la Biélorussie de collaborer avec les instances du Conseil des Droits de l’Homme, il serait déplacé voire ubuesque que la Belgique et les délégations européennes s’expriment en faveur de l’accession de la Biélorussie à ce même Conseil. Nous espérons également que notre délégation utilisera tout son pouvoir d’influence afin de convaincre une majorité d’Etats de se rallier à notre demande.

Si tel n’était pas le cas, pourquoi ne pas alors promouvoir Fidel Castro au poste de Haut Commissaire aux Droits de l’Homme ou encore appointer Oussama Ben Laden comme conseiller particulier du Secrétaire Général Ban Ki Moon…

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X