Décret inscriptions : LA solution ?

By 15/12/2009Communiqués

Après des semaines de palabres, le Gouvernement de la Communauté française a enfin pris une décision dans le dossier du décret inscriptions.

La Fédération des Etudiants Libéraux peut saluer la mise en place d’un formulaire unique pour l’inscription des élèves en première année secondaire. On ne devrait, en théorie, plus voir de files ni de multi-inscriptions causées par les précédents décrets. Mais nous tombons très vite des nues lorsque l’on se penche sur certains des critères mis en place pour accéder aux écoles dans lesquelles la demande dépasse l’offre de places disponibles.

Tout d’abord, le critère tenant compte de la longueur du trajet domicile-école et nullement de la distance lieu de travail-école. Nous avons toujours plaidé pour la mobilité des travailleurs et l’école doit être adaptée à la réalité économique d’aujourd’hui. Ce ne sera visiblement pas encore le cas…

Mais le pire est à venir. Le critère retenu pour favoriser la mixité sociale est le suivant : 20% des élèves inscrits dans les écoles où la demande dépasse l’offre doivent être issus d’écoles primaires à indice socio-économique faible. En clair, on va décréter que certaines écoles primaires sont socialement défavorisées, créer des classifications et stigmatiser des écoles en leur collant une étiquette. De plus, cette proposition crée implicitement une discrimination entre un élève défavorisé provenant d’une école réputée, et un élève défavorisé provenant d’une école dont l’indice socio-économique est décrété faible. De quoi laisser dubitatif…

En outre, le Gouvernement cherche à nous vendre un logiciel qui sera capable de traiter les données des élèves, de les classer et de leur attribuer une école en conséquence. Il nous paraît délicat de s’en remettre de cette manière à un logiciel, dont la mise en œuvre est pour le moins nébuleuse, pour ne pas dire opaque. Cela nous rappelle le logiciel mis en place par l’ancien Ministre Marc Tarabella pour rééquiper les classes en matériel informatique, dont l’utilisation s’est révélée totalement impossible.

Ce décret inscriptions est un terrible gâchis de temps politique ! Que de réunions, que de projets, que de temps passés pour ce décret inscriptions alors que la maison de l’enseignement brûle. La Fédération des Etudiants Libéraux n’a eu de cesse d’encourager les décideurs politiques à améliorer la qualité de l’enseignement, et rien n’a été fait à ce niveau. C’est presque insultant pour nos jeunes !

Il faut bien se rendre compte que si la mixité sociale favorise l’intégration, elle n’améliore en rien la qualité de l’enseignement prodigué! La mixité ne s’impose pas, elle se construit : formation et valorisation du statut des professeurs, meilleures méthodes d’apprentissage, meilleur encadrement pédagogique, valorisation du goût de l’effort, remédiation immédiate,… En effet, c’est en augmentant le niveau général, et donc l’attrait de nos établissements (spécialement les moins favorisés), qu’on pourra travailler à installer davantage de mixité sociale.

Pour les Etudiants Libéraux, le Gouvernement a une nouvelle fois raté le coche et manqué l’occasion d’améliorer la qualité de l’enseignement en Communauté française.

Contact presse :

Jean-Yves Segers (Secrétaire-général)

0486 21 14 22 – jean-yves.segers@etudiantsliberaux.be

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X