Des propositions de loi MR dans les souliers des étudiants, la FEL dit bravo !

By 09/12/2008Communiqués, News

La Fédération des Etudiants Libéraux (FEL) félicite le dépôt, par divers députés fédéraux du MR, de deux propositions de loi visant essentiellement les droits des étudiants. Associée à l’élaboration de ces propositions de réforme, la FEL pointe la volonté des libéraux de la Chambre de répondre à deux revendications importantes du monde étudiant.

En effet, une simplification de la législation sur le travail étudiant doit, aujourd’hui, s’imposer de toute évidence. Il faut sortir du système complexe actuellement en vigueur et prévoyant deux périodes de travail distinctes sur l’année et deux taux différents de cotisations sociales. L’actuelle proposition prévoit l’instauration d’un régime unique permettant ainsi une bien plus grande liberté et souplesse pour les étudiants dans l’organisation de leur temps de travail.

Les étudiants se réjouiront très certainement de l’instauration d’un tel régime, plus libéral, notamment ceux sur les bancs de l’enseignement supérieur qui trouvent souvent le besoin de travailler l’année académique durant afin de couvrir une partie du coût de leurs études. Les quelques 23 jours autorisés jusqu’à aujourd’hui, d’octobre à juin, se révélaient pour beaucoup insuffisants.

La FEL se réjouit enfin de la volonté du MR d’envisager désormais en heures, et non plus forcément en jours, le temps de travail maximal annuel pour un étudiant. Tel était l’un des souhaits formulés par les Etudiants Libéraux en suite de leur dernier Congrès politique. Car jusqu’à aujourd’hui, en effet, un étudiant travaillant une journée de 2 heures ou de 8 heures était placé à la même enseigne, épuisant dans les deux cas un jour de travail autorisé. Avec 400 heures à répartir sur l’année, les étudiants pourront désormais être traités de manière égale et, surtout, choisir et organiser plus librement leurs jobs.

Daniel Bacquelaine, Chef de groupe MR à la Chambre

Autre proposition, tout aussi bien accueillie par les Etudiants Libéraux, celle relative à une meilleure protection des étudiants placés en situation de locataire d’un kot. L’idée d’étendre aux locations de kots les modalités et les garanties découlant d’un bail à résidence principale est particulièrement heureuse alors que l’étudiant constitue souvent la partie la plus faible et la moins expérimentée au sein de la relation contractuelle avec le bailleur.

Sous le régime particulier du bail à résidence principale, les baux de kots étudiants bénéficieront de protections spécifiques importantes, notamment relatives à la garantie locative, à la répartition des réparations locatives ou à une meilleure information quant aux conditions minimales de sécurité, d’hygiène ou d’habitabilité définies dans les codes régionaux du logement. L’application de ce régime maintiendra cependant la liberté contractuelle des parties, permettant notamment de prévoir une durée locative égale à une année académique ou à celle du cursus de l’étudiant.

La Fédération des Etudiants Libéraux appelle bien évidemment à ce que ces deux initiatives parlementaires, répondant assurément à deux aspects concrets et utiles de la vie quotidienne d’un très grand nombre d’étudiants, trouveront un soutien fort au sein du Parlement. Ils ont d’ores et déjà celui des étudiants.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X