L’Eglise cautionnerait-elle le négationnisme ?

By 24/02/2009Libr' Expression

« Je crois qu’il n’y a pas eu de chambres à gaz (…). Je pense que 200.000 à 300.000 Juifs ont péri dans les camps de concentration, mais pas un seul dans les chambres à gaz« . Voici les propos tenus par Monseigneur Williamson le 21 janvier dernier, deux jours avant l’annonce officielle du décret levant son excommunication. Mais que se passe-t-il au sein de l’Eglise catholique ?

Encore une fois, l’Eglise fait parler d’elle. Encore une fois, elle crée une vive polémique. Nous avions l’habitude des positions rétrogrades du Vatican, nous nous sommes presque fait aux sorties honteuses du pape qui se permet de condamner une relation entre deux personnes de même sexe totalement consentantes (ainsi, il affirme : « il est tout aussi important de préserver l’humanité des comportements homosexuels ou transsexuels que de sauver la forêt tropicale« ), mais qui tolère les viols répétés d’enfants par ses prêtres. Et que dire des propos tenus par Jean-Paul II en Afrique, où il condamne ouvertement le port du préservatif dans un continent rongé par le SIDA. Le pape voulait sans doute augmenter le nombre d’habitants au paradis…

Mais aujourd’hui, force est de constater que l’Eglise franchit un nouveau pas. Elle qui se présente comme le symbole de l’amour et du partage, de la fraternité et de l’ouverture nous offre une nouvelle fois haine et incompréhension.

Cette fois-ci, elle veut réintégrer cet évêque négationniste ! Elle cautionne les propos de ce dernier. Elle ne veut pas annuler la levée de son excommunication, non, le Saint Siège demande simplement des excuses. Mon Dieu, si l’évêque finit par s’excuser autrement qu’en « demandant que des preuves historiques lui soient apportées pour qu’il puisse réexaminer les questions« , je vois tout de même mal comment l’on pourrait croire que ces excuses seront sincères ! Les voies du Seigneur sont décidément impénétrables.

Je crois que je ne me reconnaîtrai jamais dans tant d’hypocrisie. A choisir, je préférais encore le temps où l’Eglise proposait d’acheter sa place au paradis, comme on achète un ticket de train (mais pas au même prix…), plutôt que cette époque où l’Eglise cautionne le négationnisme.

Savez-vous pourquoi ces évêques intégristes de l’ordre de Saint PIE X (l’ordre de Monseigneur Williamson) avaient rompu avec le Vatican en 1988 ? Parce qu’ils étaient en désaccord avec les nouvelles orientations de l’Eglise catholique adoptées par le concile Vatican II (1962-65), notamment la reconnaissance de la liberté religieuse et l’abandon de la doctrine attribuant aux juifs la responsabilité de la mort du Christ. Pourquoi le Pape tient-il tant à ce que ces personnes réintègrent les rangs de l’Eglise alors qu’elles adoptent de telles positions. Au vu de ces faits, il est difficile de nier que le pape opère un retour en arrière sensationnel (même si le décalage horaire entre notre époque et l’Eglise est une marque de fabrique du Vatican).

Je ne vais pas m’attarder sur toutes les considérations selon lesquelles le pape a demandé des excuses, suite au coup de fil d’Angela Merkel, ou sur les prises de distances du cardinal Danneels. C’est un mal beaucoup plus profond qui ronge l’Eglise aujourd’hui. Si elle veut persister à l’avenir, il faut qu’elle modifie son message de toute urgence. Ces luttes cléricales, ces prises de positions incongrues brouillent le message de l’Eglise.

Si j’ai un profond respect pour la religion et la foi, je répugne tous ces cardinaux, ces papes qui se croient si supérieurs, si légitimes pour donner des leçons au monde. Laissez nous vivre en paix !

Mathieu RAEDTS

Secrétaire politique des Etudiants Libéraux de LLN – Etudiant en Droit à l’UCL.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X