La Communauté française bafouille!

By 09/02/2011Communiqués

C’est devenu une habitude pour la Communauté française de voir son enseignement critiqué, à croire qu’elle y prend goût…. Passé à la loupe à l’occasion d’une thèse, le domaine des langues est particulièrement visé. Et les dysfonctionnements sont nombreux dans ce domaine primordial pour l’avenir des jeunes ! Alors que tous les signaux d’alarmes sont au rouge (enquête PISA, inégalités, mauvaise préparation à l’enseignement supérieur), les Etudiants Libéraux sont atterrés par ce nouveau constat.

Tout d’abord, l’équipement des locaux. Alors que l’enseignement en Communauté française est l’un des mieux financé par tête de pipe, l’étude met en évidence le manque de matériel criant pour l’enseignement des langues. Comment parvenir à prodiguer des cours de qualité sans un matériel vidéo et audio ? Nous demandons une gestion rigoureuse des budgets pour permettre aux étudiants de suivre les cours dans les meilleures conditions possibles.

Ensuite, les Etudiants Libéraux constatent à nouveau ce qu’ils ont déjà maintes et maintes fois dénoncé : les programmes sont flous, ce qui provoque la confusion au sein du corps professoral. Dès lors la Fédération des Etudiants Libéraux plaide pour la mise en œuvre d’objectifs clairs et la responsabilisation des écoles. Les dernières études montrent que les écoles qui bénéficient d’une plus large autonomie bénéficient de meilleurs résultats ! Nous plaidons, une nouvelle fois, pour que la Communauté Française donne aux écoles les moyens de réaliser les objectifs fixés.

Enfin, l’on constate encore que l’enseignement est fortement inégalitaire entre les différents établissements. Les langues jouant un rôle essentiel dans la formation des jeunes, les étudiants libéraux demandent que des critères minimum soient établis. Avec un enseignement de cette qualité, la Communauté française risque de provoquer la panne définitive de l’ascenseur social de l’école.

Quant à la réaction de Marie-Dominique Simonet, qui attend les résultats PISA en langues pour agir, nous voulons simplement lui rappeler que les résultats des autres matières sont suffisamment alarmants pour agir dès aujourd’hui. Les étudiants ne peuvent se permettre de subir à nouveau les lenteurs décisionnelles de la Ministre.

Contact presse :
Mathieu RAEDTS (Président)
0478/645.245 – mathieu.raedts@etudiantsliberaux.be

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X