La FEL appelle Marcourt à revoir davantage sa réforme des bourses

By 23/03/2017News

Dès l’annonce de la réforme des bourses du Ministre de l’Enseignement supérieur en juillet 2016, la Fédération des Étudiants Libéraux s’était indignée de la suppression du critère de réussite et de l’instauration d’un seuil minimal pour pouvoir prétendre à l’une de ces bourses.

A croire que la grogne étudiante a porté ses fruits : le Ministre Marcourt planche maintenant sur une nouvelle mouture de son arrêté datant de moins de neuf mois… Quel aveu d’échec pour le Ministre !

Néanmoins, ne boudons pas notre plaisir, une fois n’est pas coutume, Jean-Claude Marcourt reconnait ses erreurs. Le Ministre va certes dans la bonne direction en décidant de revoir sa copie, toutefois ce dernier peut aller encore plus loin. En effet, il serait question de corriger à la marge le plancher minimal de revenus. Pour la FEL, ce seuil doit tout simplement disparaitre. Ce sont naturellement les étudiants aux revenus les plus faibles qui doivent prioritairement bénéficier d’une bourse d’étude. Comment les pouvoirs publics peuvent-ils légitimement justifier le non-octroi d’une bourse, qui a pour but d’aider les personnes en situation de difficulté, à ceux qui ont précisément le plus de difficultés à subvenir à leurs besoins ? S’il s’agit de lutter contre une poignée de fraudeurs, ce seront avant tout une dizaine de personnes en réelle difficulté qui en pâtiront.

Ensuite, dans sa réforme de juillet 2016, le Ministre de l’Enseignement supérieur a décidé de globaliser les revenus de la famille pour le calcul des bourses ; une mesure que nous avons soutenue dans son principe. En effet, selon la FEL, la globalisation des revenus permet d’avoir une vue plus complète des revenus de la famille, contrairement au seul avertissement-extrait de rôle. Nous approuvons également la révision de ce système qui dans sa forme actuelle entraîne de nombreux refus d’octroi de bourses, en raison de l’interprétation actuelle trop extensive de la « globalisation des revenus », au détriment de la situation financière réelle des étudiants.

Pour finir, la FEL ne peut que déplorer que le Ministre Marcourt maintienne la suppression du critère de réussite dans les conditions d’octroi d’une bourse d’étude. En effet, selon la Fédération des Étudiants Libéraux, l’aspect réussite doit rester un critère fondamental dans l’octroi, ou non, d’une bourse et les étudiants doivent rester responsabilisés face aux dépenses publiques réalisées en vue de les soutenir dans leur formation. La formule qui était précédemment en place allait dans le bon sens. Celle-ci combinait l’évaluation de la situation socio-économique de l’étudiant avec un critère de réussite qui permettait néanmoins un seul redoublement, ce que la FEL a toujours défendu.

Selon la FEL, si la Fédération Wallonie-Bruxelles a les capacités financières d’augmenter le budget consacré aux bourses de plus de 7 millions par an (il s’agit des chiffres avancés par l’Inspection des finances) suite à la réforme du Ministre Marcourt, nous sommes d’avis qu’il faut avant tout élargir les critères d’octroi des bourses afin d’en faire profiter pour une plus grande proportion la classe moyenne, trop souvent oubliée des aides publiques.

Dès lors, tout comme la Fédération des Étudiants Francophones (FEF), nous invitons le Ministre de l’Enseignement supérieur à aller plus loin dans sa réforme (de sa réforme) entérinée l’été dernier à la va-vite au détriment des étudiants ainsi que de leur famille.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X