La gestion du Parlement jeunesse : Une hypocrisie latente !

By 15/02/2010Communiqués

Lors de cette semaine de carnaval, une centaine de jeunes investiront le Parlement de la Communauté Française pour y tenir la session annuelle du Parlement jeunesse. Il s’agit d’une simulation parlementaire destinée aux jeunes qui a comme objectif de les sensibiliser à la démocratie et aux principes du débat.


L’organisation de la simulation est assurée par une ASBL. Elle se compose d’une vingtaine de jeunes francophones ayant participé à la législature précédente. Le Conseil d’Administration se compose quant à lui de neuf membres élus par les participants de l’année précédente et chargés de la gestion journalière de l’association.

Les statuts de l’ASBL Parlement Jeunesse prévoient que « pour préserver le pluralisme de l’ASBL, les administrateurs  ne peuvent avoir … de mandats internes aux sections jeunes de partis politiques et aux mouvements de jeunesse politique »

La Fédération des Etudiants Libéraux (FEL) s’étonne d’une pareille restriction. Alors que cette ASBL a pour mission la sensibilisation à la démocratie, la promotion du débat politique et la sensibilisation des jeunes à la chose publique, il est incohérent de sanctionner d’inéligibilité au poste d’administrateur le jeune qui s’est effectivement engagé politiquement dans un mouvement de jeunesse politique ou une section jeune d’un parti.

D’ailleurs, le fait de s’investir activement dans la gestion d’une telle ASBL présuppose naturellement un intérêt politique dans le chef de l’administrateur, et partant l’adhésion à un courant de pensée. L’obligation de ne pas adhérer à une organisation de jeunesse politique produit au sein de cette organisation une véritable chasse aux sorcières à l’engagement politique.

« Nous ne remettons pas en cause l’objectif légitime d’indépendance de cette ASBL ajoute Arnaud Desmadryl, Président de la FEL, mais être actif dans une organisation de jeunesse politique, ou une section jeune d’un parti politique ne produit pas automatiquement un manque d’indépendance dans le chef de l’administrateur.  Il revient à l’assemblée générale de l’ASBL Parlement Jeunesse de juger au cas par cas de la probité des candidats administrateurs soumis au vote. »

La Fédération des Etudiants Libéraux demande par conséquent à l’ASBL Parlement Jeunesse de modifier ses conditions d’éligibilité aux postes d’administrateurs, en permettant aux jeunes actifs dans une organisation de jeunesse politique ou dans une section jeune d’un parti politique de se porter candidats administrateur devant son assemblée générale.

Contact presse : Arnaud Desmadryl (Président) – 0475 31 60 14

Join the discussion 3 Comments

  • MATHIEU Luc dit :

    Bonjour,

    Je soutiens tout à fait la proposition des étudiants libéraux. Et me viennent à l’esprit trois réflexions :

    1° quid si tous les membres de l’assemblée générale du Parlement Jeunesse sont membres d’un mouvement de jeunesse politique, il ne pourrait donc y avoir de conseil d’administration??
    2° le but du Parlement Jeunesse étant d’initier à la chose politique, les mouvements de jeunesse ne pourraient-ils pas être associés via un comité d’expert aux choix du Parlement Jeunesse?
    3° ne serait-il pas intéressant que le Parlement jeunesse deviennent une structure ou un projet sous l’égide du CJEF?

    Voilà quelques réflexions qui me viennent spontanément….

  • Olivier M dit :

    Bonjour,
    J’ai participé au PJ de cette année et je comprends tout à fait la demande de neutralité du CA. Contrairement à d’autres simulations parlementaires, le PJ veut garder une neutralité absolue (pas de groupes politiques effectifs, interdiction de se positionner politiquement etc). C’est un choix qu’ils ont fait pour faire primer l’apprentissage du mécanisme politique sur celui des grands clivages. C’est un choix comme un autre (le JPJ a choisi autrement) et je crois qu’il faut le respecter. La neutralité des administrateurs fait tendre la simulation vers quelque chose de plus convivial car ils organisent la simulation avec un point de vue différent de celui des jeunes déjà engagés dans la politique partisane.
    Aussi, l’ASBL recevant un très large soutient du Parlement, il est normal que ses administrateurs aient une apparence neutre.

  • MATHIEU Luc dit :

    @ Olivier M

    Bonjour,

    je suis tout à fait respectueux du désir de neutralité de l’asbl mais il faut raison garder. Comment parler de la chose politique et de la confrontation des idées en restant neutre !!!

    Si on voulait assurer une neutralité complète du CA,
    – il faudrait que chaque membre du PJ soit non-membre d’un mouvement de jeunesse politique pour être sur de la « neutralite » du CA ainsi choisi.
    – que les membres du CA ne deviennent pas durant leur mandat, membre d’un mouvement de jeunesse.
    – …

    De plus, comment peut-on considérer être neutre politiquement quand les choix de débats sont connotés dans leurs choix et leurs décisions? Les choix de débats et les décisions prises cette année n’ont pas été neutres politiquement !!!

    Il me semble donc que les mouvements de jeunesse politique, sans être membre du CA, pourraient apporter leur expertise du débat politique, de la confrontation des idées, de la formulation d’une résolution… sans que la convivialité ne soit entamée.

    Et in fine, sans que celà soit l’argument prépondérant, est-il vraiment nécessaire qu’un projet supplémentaire soit soutenu à côté de l’immensité des projets existants dans tel ou tel mouvement de jeunesse politique ou non? D’autres formules tout aussi efficientes, si pas plus, sont peut être possibles dans d’autres endroits…

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X