La représentativité étudiante ? Tuons Wendy !

By 12/03/2010Communiqués

La Fédération des Etudiants Libéraux a appris que le cabinet Marcourt planchait sur une modification profonde du décret de 2003 sur la représentation étudiante. Nous saluons l’initiative et partageons l’avis du Ministre qui considère le décret en vigueur comme dépassé et préfère que les étudiants soient représentés par plusieurs organes afin de renforcer la démocratie. Le fait que les fédérations affilient des établissements et considèrent que les étudiants de cette institution sont tous, automatiquement, considérés comme membres est également fortement remis en question.


Les Etudiants libéraux demandent que les étudiants puissent voter directement pour leurs représentants. En réalité, une affiliation individuelle permettrait enfin à un syndicat de remplir son rôle, c’est-à-dire de porter les préoccupations des étudiants. Quelle curieuse idée de ne pas laisser les étudiants s’exprimer sur les gens qui s’autoproclament leurs représentants !

Cette dérive atteint un cap sans précédent avec la FEF (Fédération des Etudiants Francophones), qui se proclame la porte-parole des étudiants (quand elle ne quitte pas la table des négociations avant l’arrivée du Ministre) et se permet de prendre des décisions aux antipodes des préoccupations des étudiants, sans jamais devoir rendre des comptes. La situation de monopole est nuisible au débat démocratique et il est du devoir des autorités publiques de favoriser le débat d’idées entre différents projets.

La FEF ne représente plus qu’elle, complètement coupée de sa base, telle un vieux roi isolé dans son palais. La démagogie et les manifestations sont devenues les seuls moyens d’expression pour ce « bidule » : le tout gratuit du Sauvez Wendy, le Stop à Bologne,… Une élection directe tuerait ce décalage entre les étudiants et leurs représentants. Dans une démocratie moderne, un tel système n’est plus acceptable car il crée une représentativité artificielle et non vérifiable, reposant sur des discussions de quelques-uns et non d’un choix clairement exprimé par la communauté étudiante.

« La FEF prétend qu’un tel système politiserait la représentation étudiante mais s’est-elle déjà regardée dans un miroir ? s’exclame Arnaud Desmadryl, Président de la FEL. Cette organisation est tout sauf apolitique et constitue depuis des années déjà le vivier d’ECOLO ».

Les Etudiants Libéraux pensent qu’il faut arrêter de se retrancher derrière des masques, et qu’au contraire, les étudiants ont tout à gagner à connaître les opinions et les idées des personnes pour lesquelles ils votent. La politisation idéologique des structures ne rime pas avec la particratie qu’il faut éviter.

Il est grand temps d’offrir aux étudiants un organe transparent et démocratique, bref, une vraie représentation !

Contact presse :
Arnaud Desmadryl (Président)
0475 31 60 14- arnaud.desmadryl@etudiantsliberaux.be

Join the discussion 3 Comments

  • Ernest Cageot dit :

    Un organe plus pluraliste ne vaut-il mieux pas que plusieurs, qui facilitent encore plus la tâche du ministre pour jouer à son jeu favori, « Diviser pour régner »?

    Il n’y a nulle part d’autoproclamation : les élus des conseils étudiants dans chaque établissement d’enseignement supérieur élisent des conseillers fédéraux à la FEF qui leur rendent compte. N’importe qui peut donc s’y retrouver.

    Vu le manque de prégnance du mouvement étudiant (indépendamment de la qualité éventuelle du travail accompli) en CfB, une adhésion individuelle déforcera encore plus ce dernier.

    Le tout gratuit de Sauver Wendy, où est-il? Il n’y aurait pas une confusion avec la réduction des coûts directs et indirects des études? En ce qui concerne Bologne, la FEF ne s’est jamais prononcée.

    Entre le non-apolitisme d’une organisation et l’éventuelle appartenance partisane de ses membres, il y a encore de la marge. De plus il est un peu réducteur de considérer la FEF comme vivier d’Ecolo parce qu’une partie de ses présidents y est arrivée. Qu’en est-il de ceux (présidents ou pas) qui se trouvent aujourd’hui au PS, au cdH ou nulle part?

  • Olivier dit :

    Concernant votre communiqué sur la participation étudiante, bien que je ne sois pas libéral, je ne puis vous donner tort à cette nuance prés : hors gaudron et el berouhmi ce n’est pas ecolo qui se sert des gens de la fef comme vivier mais bien le ptb (et ce meme si ce parti n’a certainement pas des « centaines » de place à offrir, en tout cas,il met en place des pratiques dignes d’une secte pour recruter des adeptes… )

    oui,le ptb qui malgré son auto-centrage qui ne trompe personne, continue à clamer des inepties et à soutenir des idéologies hallucinantes… bien plus dangereux qu’ecolo à mon sens…

    faites le compte de combien d’ « élus » de la fef sont au ptb ou proches, rajoutez en quelqu’uns qui vous jureront leurs grands dieux qu’ils ne sont pas membre (sauf qu’en fait ils tirent les ficelles…) et vous serez ahuris de surprise (et d’effroi)

    sans compter,leur campagne idiote où la conference de presse de « fin » (enfin,fin de respacte ou début de wendy,on ne sait plus tres bien…) mettait en avant le fait que le seul parti à rejoindre leurs revendications était, je vous le donne en mille,… le ptb !
    vérifiez,je crois que l’info est encore sur leur site.

    la démocratie n’a rien à gagner de clowns pareils, n’est-ce pas?

  • Thibault dit :

    Je me réjouis que cette réflexion ait enfin lieu. Il est grand temps de mettre fin à cette non représentativité de la FEF. Cet organisme de défense des étudiants francophones était un outil formidable mais comme d’autres organisations avant elle (Fédé de l’ULg par exemple), ses administrateurs (Romain Gaudron en tête) en ont fait un outil de leur politique et lui ont fait perdre sa crédibilité aux yeux de tous.
    Je serais heureux qu’enfin, les représentants des étudiants puissent avoir leur mot à dire dans les débats, qu’ils soient facultaires, universitaires ou communautaires.

    De tous temps, ces gens-là ont stigmatisé l’appartenance politique des représentants mais comment écarter nos convictions personnelles d’un débat lorsque l’on est élu par des centaines de personnes partageant ces convictions ? Si nous sommes élus, c’est justement pour défendre ces idées-là. Plus l’investissement étudiant est important, plus l’appartenance politique est présente et visible, et c’est normal : les représentants des étudiants vivent dans leur société et il est heureux de constater qu’ils aient un regard critique sur elle. Il est nécessaire que cette appartenance se ressente au sein des débats, mais uniquement lorsque les élus sont représentatifs.

    A force de jouer comme des enfants avec le feu, ils se sont brûlés au sein de nombreux débats. Ils récoltent, enfin, ce qu’ils méritent. J’espère que la FEL pourra se montrer présente, encore plus qu’elle ne l’est maintenant, lorsque la représentation étudiante ne sera plus bloquée par cet organisme devenu non représentatif.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X