Mais quelle mouche a donc piqué la Ministre Maggie de Block ?

By 21/11/2018Communiqués

En exprimant son souhait d’imposer une « attestation de contingentement » aux étudiants qui sortent des études de médecine, la Ministre a provoqué un tollé dans le milieu estudiantin. Et à juste titre, car sans l’obtention de ladite attestation, les médecins se verraient refuser l’accès au stage qu’ils sont censés suivre à la fin de leurs études… Il s’agit là d’une marche arrière totalement inacceptable et injustifiée, et ce pour trois raisons. Premièrement, les chiffres le prouvent : les zones rurales font face à un besoin urgent de médecins tandis que Bruxelles est sous la menace d’une telle pénurie dans les prochaines années. Deuxièmement, pour combler ce déficit, on fait régulièrement appel à des médecins de l’UE qui, eux, bénéficient d’un accès plus simple à la profession, alors que des doutes peuvent subsister sur l’équivalence du diplôme de ces médecins avec celui délivré en Belgique. Enfin, d’un point de vue strictement juridique, nous pensons qu’une telle mesure constituerait une entrave au libre-choix d’une activité professionnelle, et donc, une violation à l’article 23 de notre Constitution. En outre, dans ce cas-précis, les articles 10 et 11 de la Constitution, respectivement relatifs aux principes d’égalité et de non-discrimination, semblent pouvoir aussi être évoqués.

Sur la question du numéro INAMI, la FEL réitère plusieurs de ses propositions :

– Distinguer les détenteurs de numéros INAMI (ex. les généralistes) qui exercent réellement une activité, de ceux qui disposent d’un numéro INAMI mais qui ne l’utilisent pas. Pour cette dernière catégorie, on retrouve notamment les étudiants étrangers diplômés en Belgique mais qui repartent, après avoir reçu un numéro INAMI, exercer dans leur pays respectif, aux pensionnés, aux personnes qui n’ont pas besoin du numéro INAMI pour l’exercice de leur métier. Ces numéros actuellement monopolisés par la catégorie susmentionnée devraient être mise à disposition des jeunes candidats en médecine.

– Prendre à bras le corps la situation discriminatoire que subissent les médecins formés dans un établissement belge face à leurs homologues qui ont eux suivi une formation hors de la Belgique. Il s’agit là de deux catégories totalement inégalitaires en termes d’accès à la profession. Que justifie ce traitement préférentiel appliqué aux médecins formés à l’étranger ?

– En tant que libéraux, priver un individu, qui a pourtant réussi ses études (après des années de dur labeur, sacrifices et d’investissements), de l’accès à la profession, va à l’encontre des principes que nous défendons. Nous refusons que soient sacrifiés, sur l’autel de l’incompétence et l’inaction, des étudiants – passionnés et motivés – lesquels demandent simplement à pouvoir exercer un choix de vie honorable et respectable, au service de la société.

– Mettre fin aux quotas des numéros INAMI. Plutôt que de faire ses preuves, ce système, nauséabond et inefficace, bloque toute évolution positive dans le traitement des soins de santé. Face au vieillissement de la population et au besoin en personnel médical qui ne désemplit pas, on ne peut se borner à foncer droit dans le mur. Par ailleurs, nous rappelons que, contrairement à ce que certains affirment, le système des quotas se base sur une croyance infondée, à savoir qu’augmenter le nombre de médecins résulterait inévitablement en la hausse des soins de santé. A ce jour, rien n’indique que c’est le cas. Dans le même temps, il est évident qu’il faut s’assurer d’un nombre suffisant de places de stages et leur financement. L’un ne va pas sans l’autre.

De manière générale, nous rappelons simplement à nos Ministres respectifs qu’une telle mesure altérerait la qualité des soins de santé dans notre pays. S’agissant d’un combat de longue date pour ces étudiants, nous demandons à la Ministre De Block d’agir dans l’intérêt général et de définir une politique durable de santé, au service des patients. C’est la seule direction qui devrait prévaloir.

© Fédération des Etudiants Libéraux

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X