Marre du maccarthisme de gauche !

By 23/04/2009Communiqués, News

Ce mercredi soir, les Etudiants Libéraux se sont vus contraints d’annuler un débat participatif avec les têtes de liste MR Armand DE DECKER et Françoise BERTIEAUX en suite d’un risque sérieux de perturbations visant à empêcher toute expression d’élus libéraux sur le campus de l’Université Libre de Bruxelles.

Du fait de rumeurs grandissantes au cours de la journée d’hier et des récents événements de Tour & Taxis où le même groupuscule avait fait immixtion lors du congrès des libéraux européens, les Etudiants Libéraux ont dû se résoudre à privilégier la prudence et la sécurité du public présent à cette rencontre-débat.

Les Etudiants Libéraux sont vivement atteints dans leur chair au lendemain d’une telle décision qui est inédite tant dans l’histoire de son mouvement que dans celle de l’Université de fondation libérale qu’est l’ULB. Sur ses campus, fiefs de l’action d’une certaine gauche activiste, il n’est semble-t-il aujourd’hui plus possible d’exprimer un soupçon d’idéologie libérale sans faire les frais d’actes attentatoires à la liberté d’expression et à l’instauration de débats d’idées.

Il nous faut aujourd’hui dénoncer, plus encore à la veille d’un suffrage populaire, l’attitude déplorable d’une minorité qui musèle par ses agissements le débat démocratique quand il n’est pas apprécié comme allant dans le sens de son action. Il faut également, une fois encore, condamner que c’est sous le prétexte d’un soutien à la cause des sans-papiers que pareils agitateurs prétendent agir et qu’ils ne font ainsi que menacer gravement les attentes légitimes de ceux-ci.

Tout aussi préoccupant pour les Etudiants Libéraux est le constat que l’Université Libre de Bruxelles soit restée passive face aux risques qui ont découlé du débat d’hier soir. Hier, elle veillait encore de toutes ses forces, au nom de ses valeurs et du libre-examen, à permettre l’organisation de débats et de réflexions critiques permettant l’éveil de ses étudiants. Aujourd’hui, elle est restée inerte et indifférente à la tenue ou non de ce débat et aux craintes pour la sécurité des intervenants et de ses étudiants. Ne s’agit-il pas d’un soutien passif à une mouvance menaçante et liberticide ?

Les Etudiants Libéraux regrettent l’absence de tout acte de soutien et de toute autorisation d’encadrement extérieur, pourtant demandé à titre préventif, afin de garantir la possibilité d’un débat, ouvert et démocratique.

Pour l’avenir, les Etudiants Libéraux exhortent la direction de l’ULB à condamner de tels agissements et à prendre les attitudes nécessaires à garantir le débat, la confrontation d’idées et la liberté d’expression qui doivent caractériser tant nos universités que la société où nous évoluons.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X