Rentrée dans le secondaire, pas encore une mince affaire…

By 01/09/2010Communiqués

A quelques heures de la rentrée, la situation ne semble pas très réjouissante excepté pour quelques élèves pleins de bonnes résolutions pour recommencer une année scolaire.  En effet, un peu moins de deux-cents élèves ne savent toujours pas dans quelle école ils vont pouvoir se rendre demain.  Ces derniers seront contraints d’accepter de suivre leur année scolaire dans un établissement qui, à la base, ne faisait pas partie de leurs préférences.  C’est une situation très inconfortable qui ne devrait plus avoir lieu à l’avenir !  Des solutions doivent être trouvées au terme d’une évaluation de la procédure d’inscriptions (tel que le prévoit le décret).  Ajouté à cela, force est de consta! ter que le personnel enseignant ne semble pas très motivé à l’idée de reprendre le chemin de l’école.  Le fait d’attendre les mesures en leur faveur promises en 2009 (lors des élections régionales) n’arrange pas la situation.  Plusieurs éléments observables le confirment : taux d’absentéisme, difficultés de recrutement, carrières raccourcies, dévalorisation de la profession, …

La Fédération des Etudiants Libéraux (FEL) encourage les autorités compétentes à :

Viser une qualité d’enseignement pour tous en remédiant au fâcheux constat que le fossé se creuse par rapport au niveau requis.  L’amélioration de la qualité de l’enseignement, tous  niveaux confondus, devrait être une priorité, en vue de parvenir à une situation dans laquelle chacun peut viser l’excellence tant sur le plan national qu’européen.  Le renforcement des formations de base et continuées des professeurs pourrait être une bonne solution au même titre qu’un meilleur suivi des pratiques pédagogiques tout au long de la carrière.

Revaloriser l’enseignement technique et professionnel qui fait l’objet depuis trop longtemps de préjugés défavorables pour bon nombre de personnes.  Souvent considéré comme un enseignement de seconde zone, il serait temps de le replacer dans un contexte positif en lui accordant l’importance qu’il mérite. Les filières techniques et professionnelles sont pourtant prometteuses d’avenir, notamment parce qu’elles peuvent déboucher sur le marché de l’emploi. N’est-ce pas la filière à suivre en vue de trouver une solution aux métiers en pénurie ?

Promouvoir l’immersion qui connaît un vif succès au vu des résultats obtenus.  Cette manière d’apprendre autrement les langues modernes (l’anglais et le néerlandais) dès les maternelles est fort efficace.  Cela implique que certaines matières soient dispensées dans la langue pour laquelle il est question d’une immersion.

En conséquence, la FEL appelle la Ministre de l’Enseignement obligatoire, Marie-Dominique Simonet, à prendre des dispositions au plus vite pour l’avenir de notre enseignement !

Contact presse :

Denis Lahaye (Secrétaire général)

0496 45 28 92 – denis.lahaye@etudiantsliberaux.be

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X