ULB martyrisée, ULB insurgée… ULB libérée ?

By 27/04/2009News

Les temps semblent rudes pour l’Université Libre de Bruxelles ! Trois jours durant, l’institution bruxelloise a connu l’insurrection d’une poignée d’individus ayant fait d’une partie de son campus le QG d’une ligue(tte) révolutionnaire s’étant mis en tête d’y tenir un contre-sommet à celui devant, cette semaine, réunir les ministres européens de l’enseignement supérieur.

Barricadée dans l’un des auditoires de l’Université (Chavanne – Bat. U), la milice anarchiste n’aura pas que réquisitionné les lieux. Tags et slogans garnissent aujourd’hui par centaines les couloirs jadis dotés de valves, bancs déboulonnés quand pas arrachés du sol s’entretassent dans ces mêmes couloirs, bouteilles de produits enflammables promises aux éventuels délogeurs parfument encore ce qui était un lieu de cours, distributeurs pillés de leurs stocks n’ayant bien évidemment pas résistés aux coups de masse, … soit un paysage de squat peu accueillant à en lire le « 1 flic, 1 balle » qui donne d’emblée le ton de la populace qui fut littéralement jetée dehors. 

Devant ce triste état mais également en réaction à divers vols par effraction commis dans quelque cercles du campus – dont un aura fait profité cette ‘bande à Bader‘ d’un pactole de 2.000 euros – les étudiants de l’ULB ont semble-t-il dû faire usage d’un droit de milice jusqu’ici inconnu dans l’enceinte de l’Université. Association des Cercles Etudiants (ACE) et délégation étudiante (BEA), en tête, ont libéré manu militari l’auditoire Chavanne sur le coup de 15h30. Ce, officiellement peu de temps avant l’intervention de forces de l’ordre, tardivement invitées à vider les lieux par l’ULB.

Les temps semblent rudes pour l’Université de Bruxelles alors que mercredi dernier, face aux menaces d’une autre branche active, bien de l’ULB celle-là, les Etudiants Libéraux s’étaient vus contraints de baisser leurs culottes bleues et d’annuler un débat électoral alors que l’ULB se disait impuissante à garantir la sécurité des lieux et du public étudiant.

Aujourd’hui, et cela ne semble étonner personne, l’ULB a laissé aux mains de ses étudiants le soin de défendre physiquement son bien et l’objet de sa mission d’enseignement. S’il faut leur dire bravo pour cet acte de résistance, telle félicitation ne semble pas devoir s’appliquer à l’Université qui aurait pu devoir porter le fardeau d’un accident grave.

Loin de vouloir voir une telle institution devenir un lieu sécuritaire, les Etudiants Libéraux estiment cependant urgent pour l’ULB de se pencher sur la pertinence d’une attitude que bien des étudiants considèrent comme laxiste. Le laisser-vivre de groupes extrémistes, associant liberté d’expression et violence, ne peut, demain, plus perdurer. Prenons ainsi garde à ce que l’ULB, lieu de débat, d’émancipation et de tolérance d’esprit, ne devienne plus qu’un simple mythe flanqué d’un beau flambeau sans signification aucune.

Join the discussion 8 Comments

  • Coralie dit :

    Bravo pour cet article.
    A quand plus de sécurité sur notre campus? Faut-il attendre un drame?

  • Chiant (CSL) dit :

    Il me feront toujours rire ces petits groupuscules d’extrême gauche, crétinisés jusqu’à la moëlle voulant jouer les révolutionnaires… Mais sans trop de risques tout de même.
    Ils sont lamentables et ne se rendent même pas compte du symbole qu’implique l’attaque d’une université !
    A ce demander ce qu’ils connaissent de l’anarchisme. Enfin, il vaut évacuer ses frustrations.

    Après tout, Bonnot, une bonne petite crapule sans prinçipes (révultionnaires ou non) ne se couvrait’il pas du drap noir des anars pour commettre ses méfaits ?
    Bon courage les gars, on est avec vous (pour ce coup là 😉 !

    Un calottin !

  • Benjamin ( CP ) dit :

    Quelle ignominie que ces actes.

    Détériorer l’université sous couvert de demande de fonds pour aider l’enseignement, c’est aller à l’encontre de ce message.
    Je ne suis même pas sûr que le gouvernement, ciblé par ces slogans puisse ne serait-ce que payer ce qu’ils ont détruit, ne parlons même pas de trouver encore plus de sous pour faire avancer le schmilblik.

    Ce qui leur permettra de comprendre la portée de leurs actes, c’est de les forcer à travailler pour rembourser ce qu’ils ont cassé, ainsi ils verront que l’argent ne tombe pas du ciel et qu’il implique à chacun de participer constructivement (et non destructivement)

  • Igor (CS) dit :

    Pour les anarchistes c’était un message qui a été transmis à tout le monde, un message qui montre que parmi les idéaux politiques et un lieu où tout le monde peut discuter de tout ce qui leur semble bon ou mauvais se cachent des vandales et des brutes.
    S’ils se battent autant pour leur université, autant engager ces forces pour lui donner un nouvel éclat, faire avancer son statut dans le monde, trouver un moyen de financement, étudier le système politique du financement et l’améliorer.
    Est-ce qu’on détruit sa maison parce que l’électricité devient trop chère?

  • Arnaud dit :

    Nous publions ici le communiqué sorti par l’ULB depuis la mise en ligne de cet article :

    Madame, Monsieur,
    Chers collègues, chers étudiants,

    Face à l’émoi suscité par l’occupation sauvage de l’auditoire Chavanne et du bâtiment U (porte D) ainsi que des rumeurs qui l’entourent, les autorités de l’Université souhaitent faire le point sur les événements de ces derniers jours.

    Vendredi dernier, l’auditoire Chavanne a été investi en soirée par un groupe de personnes qui n’ont émis aucune revendication à l’égard de l’Université.

    Pour éviter d’envenimer la situation et de provoquer des troubles supplémentaires, il est de tradition, à l’ULB de tenter de résoudre ce genre de conflits par la négociation et de ne faire appel aux forces de l’ordre qu’en dernier recours.

    C’est pourquoi, lundi après-midi, alors même qu’un réquisitoire officiel demandant l’intervention de la police avait été introduit par l’Université, elle accédait dans le même temps à la demande de représentants étudiants de pouvoir tenter une ultime négociation avec les auteurs des faits. Les Autorités ont, dans le même esprit, autorisé une contre-manifestation étudiante pacifique, avec instruction expresse aux manifestants de se tenir à bonne distance des lieux occupés.

    Contrairement à une rumeur qui s’est répandue ça et là, il n’a évidemment jamais été question d’autoriser les étudiants à « déloger » eux-mêmes les occupants, les Autorités ayant demandé aux forces de l’ordre d’intervenir dès que les négociations se seraient avérées infructueuses.

    C’est la contre-manifestation d’environ 300 étudiants de l’ULB (ACE, BEA, Librex …) qui a amené les occupants du Chavanne à quitter les lieux entre 15h30 et 16h, et ce avant l’intervention des policiers bien présents sur place.

    Les services de l’ULB sont en train de procéder à l’évaluation du préjudice (voir photos ci-contre) : nombreux tags sur les sols et murs, distributeurs et machines cassés, vol par effraction de 2.000 EUR au Cercle des Sciences, matériel de contrôle endommagé, etc. En outre, des déprédations graves ont été commises sur les façades récemment rénovées de la Bibliothèque des Sciences humaines (Bâtiment NB) située également sur le Campus du Solbosch.

    Les Autorités universitaires ont chargé les avocats de l’Université d’introduire une plainte avec constitution de partie civile pour faire poursuivre les auteurs des dégradations graves des locaux de l’Université. L’ULB est décidée à mettre tout en œuvre pour identifier les responsables.

    Nous vous invitons à consulter fréquemment cette page web qui relatera également les suites qui seront données à ces évènements.

    Philippe VINCKE,
    Recteur de l’Université

    Fabrizio BUCELLA,
    Vice-président du conseil d’administration de l’Université

    http://www.ulb.ac.be/vandalisme/index.html

  • samu dit :

    eh franchement vous trouvez pas ca flippant de reunir 300 etudiants-flic pour une aussi noble cause alors que tout le monde se fout de voir crever des sans pap juste a coté? bon j’etais pas présent mais faut savoir discerner dans l »info », tas des medias qui parlent de « destruction » du chavanne, mais apparemment cest juste qq tag non? cest qd meme trash de savoir kya des gens prets a intervenir pour contrer toute expression politique qui depasserait le cap de la manif, ca me parait beaucoup plus dangereux a long terme qu’une bande de guignol qui joue a la révolution, non?
    gt present lors de la contestation des trois points, et les cercles on eu un comportement indigne a l’epoque, ne cessant d’invoquer une mystérieuse « majorité silencieuse » pour saboter un mouvement pourtant au depart approuve par une grande majorité d’étudiants qui se sentaient concernés (le janson etait archi plein il me semble)
    juste pour dire que les cercles seraient credible qd ils condamnent les occupations sauvages, si de leur coté il s’impliquaient de temps a autre. En plus cautionner l’usage de la force de la part d’étudiants contre d’autres ca craint qd meme un max

  • Max dit :

    Je ne suis plus a l’ULB maintenant et je n’ai pu assister aux « evenements », mais il me semble tout de meme que cette situation est surrealiste!

    Il semble clair que cette bande d’occupants regroupait pas mal de tendances differentes comme c’est toujours le cas et que au moins certains dans le tas ont eu des comportements destructeurs sans aucune reelle logique politique. Ce faisant, je pense qu’ils discreditent totalement des reflexions qui ont une pertinence averee. Les autres qui etaient presents et ont laisse faire sont tout aussi responsables et devraient se rendre compte du tort que cette action a pu causer a une demarche pourtant louable.

    Par contre, je ne comprends pas vraiment la demarche de ce texte -ou je n’ose pas la comprendre. Faut il plus de controle, plus de flics encore sur le Campus de l’ULB? Comment des etudiants peuvent demander une chose pareille alors que ces dernieres annees on a vu une augmentation sans precedent des interventions policieres sur le campus?! On assiste vraiment au sommet de la depolitisation de cette unif, qui n’est plus capable de se mobiliser pour autre chose que ce qui concerne directement ses petits interets, le passage des examens qui approchent, etc… Tous ces gens incapables du moindre engagement pour de VRAIS sujets de societe et qui maintenant se scandalisent pour cette occupation, c’est surrealiste…

    Alors oui, cet episode est vraiment scandaleux, ces mecs etaient vraiment a cote de la plaque…Mais rendez-vous compte que cette histoire est train de faire beaucoup plus de bruit que les differentes occupations de sans papiers qui se succedent depuis des annees dans l’indifference generale!

  • Espérons que nous aurons plus d’épisode de ce genre dans les années à venir….

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X