Au-delà de la couronne…

By 03/07/2013News

Les rumeurs allaient bon train depuis quelques temps concernant l’abdication d’Albert II (et ce, surtout après l’annonce de l’abdication de Beatrix des Pays-Bas). La nouvelle est tombée hier : Albert II laissera place à son fils, Philippe, le 21 juillet prochain, devenant ainsi le premier souverain belge à quitter volontairement son trône.

En mars dernier, Le Soir organisait un grand sondage sur l’éventuelle abdication d’Albert II : 46% des Belges y étaient favorables et 53% pensent que Philippe ferait un bon roi. Aujourd’hui, les jeux sont faits !

L’occasion pour la Fédération des Etudiants Libéraux de faire le point sur le rôle joué par le Roi dans un contexte politique belge souvent turbulent.

Lors de la longue crise politique des années 2010-2011, Albert II avait endossé le rôle de médiateur principal permettant une éclaircie et prouvant, une fois encore, qu’il est un facteur essentiel de stabilité pour le pays. Son travail avait d’ailleurs été salué par tous les partis belges, à l’exception de la N-VA.

Le Roi représente aussi un gage d’unité pour la Belgique. Plutôt que de diviser sur les questions qui fâchent, le roi a assumé la carte de la neutralité communautaire. Nous ne pouvons qu’espérer qu’il en sera toujours ainsi et que davantage de liens communautaires étanches aux questions nationalistes verront le jour.

Enfin, en ces temps de crise et à l’approche des élections de 2014, il est évident que la remise en question des fondements de notre pays, tels que la place du roi et de la monarchie, ne semble pas opportune. Comme le disait hier Albert II, « l’institution royale doit évoluer avec son temps ».

Il est clair qu’au-delà de la couronne, le Roi demeure une figure politique importante. Des mots prononcés hier par Albert II, nous retiendrons également que « le rôle du Roi des Belges et sa légitimité est de se mettre au service de la démocratie et de ses concitoyens, seuls titulaires de la souveraineté ».

Cette abdication, signe de maturité monarchique ? Gageons qu’elle ne donnera pas raison aux nationalistes de tous bords et qu’elle permettra à notre plat pays de trouver une certaine sérénité avant l’échéance cruciale de mai 2014.

Vive la Belgique !

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X